Malgré le renfort de Biram Dah Abeid, Vincent Diko Hanoune condamné en appel pour diffamation envers Abdoulaye Diagana et Mohamed Abba Jeilany

Lundi 9 Avril 2018 - 10:26

Malgré le renfort de Biram Dah Abeid, Vincent Diko Hanoune condamné en appel pour diffamation envers Abdoulaye Diagana et Mohamed Abba Jeilany
+

A l’audience du 22 février 2018, la défense de Vincent Diko Hanoune avait présenté une attestation de Biram Dah Abeid en faveur de son client. Me Yann Wibaux  et Me Assane Boye, conseils de MM Abdoulaye Diagana et Mohamed Abba Jeilany avaient vigoureusement déstabilisé la partie adverse en mettant en évidence l’inconstance de M. Biram Dah Abeid qui variait dans ses propos et qui, dans un entretien accordé au journal L’Authentique » en juin 2017 disait : « Je profite aussi de cette occasion pour soigner ce que les manipulations et les mensonges de certains segments du régime mauritanien, le secteur des Renseignements Généraux en particulier, ont pu gâcher entre IRA et d’éminents cadres mauritaniens à l’extérieur. Je veux nommer Mohamed Abba Ould Jeilani et Abdoul Diagana, qui ont été mêlés par la malice des services de renseignements à des controverses à propos du mouvement IRA. Des propos malencontreux et des appréciations malheureuses ont pu être à l’origine d’une distanciation entre nous et ces deux éminents cadres. Je profite de cette occasion pour tendre la main à ces deux compatriotes et leur exprimer tout mon regret pour ces malencontreux incidents. » L’Avocate Générale avait balayé d’un revers de main le témoignage de Biram Dah Abeid qui « ne reposait sur aucun élément factuel ». Elle avait requis la confirmation du jugement en première instance. 

Le conseil de M. Vincent Diko Hanoune avait demandé un allègement de peine, compte tenu des faibles revenus de son client et de ses charges familiales. 

La Cour d’Appel de Paris a par conséquent reconnu M. Vincent Diko Hanoune coupable de diffamation envers particuliers par voie électronique et le condamne à une amende de 500€ avec sursis et à 1000€ à titre de dommages et intérêts pour chacune des parties (soit 2000€) et à 1000€ sur la base de l’article 475-1 du code de procédure pénale (frais de justice). 

 En outre, M. Vincent Diko Hanoune est condamné à publier cette décision sur la page d’accueil de son blog sous peine d’une astreinte de 50€ par jour de retard. 

  

« Et Allah a renvoyé, avec leur rage, les infidèles sans qu’ils n’aient obtenu aucun bien » (Coran. Al-Ahzab/Les coalisés. 33 :25). MM Abdoulaye Diagana etMohamed Abba Jeilany rendent grâce à Allah et se disent satisfaits de ce jugement qui lave leur honneur. En attendant, ils poursuivent leur chemin par la grâce d’Allah malgré la rage, les calomnies et les mensonges des haineux. 

  

Paris, le 07 avril 2018 Abdoulaye Diagana et Mohamed Abba Jeilany